18:07:12 – FEQ 2018 (Beck / Phoenix / Girls in Hawaii)(Québec)

Spectacle: Le 12 Juillet 2018 au Festival d’été de Québec
Organisateur: Festival d’été de Québec 2018
Photographe: François Morisset
Compte-rendu: Sylvain Carrier

La soirée de jeudi en était une de repos pour plusieurs festivaliers dans la Vieille Capitale. En effet, contrairement aux soirées précédentes, les Plaines d’Abraham n’étaient prises d’assaut comme à l’habitude, et c’est au compte-goutte qu’entraient les amateurs de musique et les curieux. Parce que oui, c’est en sourcillant que l’on regardait la programmation du Festival d’Été de Québec du 12 juillet, se demandant « Eille j’y vais-tu ce soir…? »… Metal Universe vous confirme que ceux qui se seront déplacés auront été témoins d’un excellent spectacle!

GIRLS IN HAWAII

Précédent Beck, tête d’affiche de la journée, c’est le groupe français Phoenix qui tentera d’apporter un peu de chaleur dans cette soirée fraîche.  Formation peu connue ici mais populaire à travers le globe, Phoenix nous présentera un éventail de ses 20 années de carrière.  Le chanteur Thomas Mars, derrière un look conventionnel et sans artifice, est un frontman extrêmement efficace.  Il se permettra même deux bains de foule, étant porté à bout de bras par les amateurs lors de la seconde saucette.  Les pièces sont entraînantes et ne sont pas sans rappeler des bribes de The Cure et The Killers, en plus pop un brin.  Les musiciens semblent avoir un plaisir fou à jouer ensemble sur scène, et le tout se répercute sur la foule qui s’anime rapidement et en redemande, signe que la soirée est bien lancée!

PHOENIX

Un peu dépassé 21h30, c’est devant des amateurs enthousiastes que Beck se présente sur la scène Bell.  Beck est ce genre d’artiste duquel plusieurs se demandent « Il chante quoi, le mec? », et lorsqu’on se met à écouter quelques pièces, on réalise que bien des succès portent son nom.  C’est certain qu’avec plus de 25 ans de carrière (et il a encore l’air d’un gamin!), l’artiste aux mille talents avait suffisamment de matériel pour plaire à la foule. Le Californien explore de nombreux styles musicaux dans ses spectacles, ce qui reflète bien la couleur qu’on lui connaît à travers les 13 albums qu’il a en carrière.

C’est Devils Haircut qui démarre le bal, alors qu’on constate d’emblée que la scène est gigantesque pour l’occasion, des étages supérieurs étant réservés aux musiciens et aux choristes pendant que Beck prend le plancher. Le visuel est absolument impressionnant et le sera toute la soirée, présentant des images psychédéliques en 3D qui feront faire des cauchemars aux épileptiques. Pas de niaisage ce soir : Loser, la pièce culte de Beck, est la seconde à se faire entendre et la foule ne se fait pas prier pour entonner ce refrain culte des années 90. On remarquera que pour une raison obscure, le son est vraiment, mais VRAIMENT fort, si bien que c’est incommodant par moment. Toujours est-il que l’ambiance à l’avant est excellente, mais la foule derrière donne l’impression que l’énergie est un brin inégale chez les amateurs sur place.

La première moitié du spectacle est stellaire, s’ajoutant aux pièces mentionnées plus tôt Up All NightWow et The New Pollution, tous des succès incontestables instantanément reconnus par la foule. La deuxième moitié est entraînante, mais un peu plus obscure, malgré une fin qui bouge avec les classiques E-Pro et Where It’s At. À plusieurs reprises, le micro du chanteur semble faire défaut et doit être régulièrement ajusté. Il y a des soirs comme ceux-là! Le charisme de Beck, la présence de scène des musiciens et la qualité visuelle du spectacle nous ont cependant fait oublier les quelques irritants qui ont parsemé la soirée ici et là. La prestation a été courte (environ 1h20), mais assez efficace pour que la majorité des festivaliers repartent bien satisfaits de leur soirée!

BECK

Prochain arrêt pour Metal Universe : vendredi soir, alors que le métal et le rock sont à l’honneur sur deux scènes différentes avec Metalian et Glass Tiger !

Setlist Beck :

Devils Haircut
Loser
Up All Night
Mixed Bizness
Wow
The New Solution
I’m so Free
Go it Alone
Debra
Raspberry Beret (cover de Prince)
Blue Moon
Girl
Colors
E-pro
Where it’s at

Marc Desgagné

Marc Desgagné